samedi 30 janvier 2016

On a trip to Dublin

I went to Dublin a few weeks ago, and look at what I brought back :

A few skeins of Donegal Aran Tweed, already on my needles to make a matching scarf for my Soviet Hat.

A beautiful skein of natural handspun irish yarn. I don't know yet what I'm going to do with this one, it's so pretty !

And enough Soft Donegal in red to make an Aran sweater. I'm getting ready to design it, and I'm very excited! I also brought back tons of inspiration. I am currently reading a few books on Aran knitting, I bought a new stitch collection book and I'm taking two craftsy class on sweater design. I already design a raglan top-down sweater, and I'm trying to get my head around grading it.


Je suis allée à Dublin il y a deux semaines, et regardez ce que j'ai ramené :

Quelques pelotes de Donegal Aran Tweed, déjà sur mes aiguilles pour faire une écharpe assortie à mon Soviet Hat.

Une magnifique pelote de laine irlandaise naturelle, filée à la main. Je ne sais pas encore ce que je vais en faire, elle est tellement jolie !

Et assez de Soft Donegal de couleur rouge pour faire un pull Aran. Je me prépare à le designer moi-même, c'est très stimulant ! J'ai aussi ramené des tonnes d'inspirations d'Irlande. En ce moment, je lis plusieurs livres sur le tricot Aran, j'ai acheté un nouveau livre de collections de points, et je suis deux classes craftsy sur le design de pulls. J'ai déjà créé un pull raglan tricoté de haut en bas en une pièce et j'essaye de me mettre à le décliner en plusieurs tailles.


jeudi 21 janvier 2016

New release - Pepito-Barnabe Set

I just released a new set of patterns :

Pepito-Barnabe Hat and Cowl

These funky pony hat and cowl are warm accessories for winter. They feature simple colorwork and a small pony chart. I designed them for a friend’s mother who loves horse riding, and I called it Pepito-Barnabe because if we ever have a pony, that would be its name.




Je viens de sortir deux nouveaux modèles :

Le bonnet et le col Pepito-Barnabe

Ces accessoires funky sont très chauds pour l'hiver. Ils possèdent un jaquard très simple avec un motif poney. Je les ai conçus pour la mère d'un ami qui aime beaucoup l'équitation. Et ils s'appellent Pepito-Barnabe, parce que si jamais nous avons un poney un jour, tel sera son nom.







lundi 18 janvier 2016

Learn to knit

How I learned to knit

I was maybe 7 or 8 years old when I learned to knit. My mother was an avid knitter and when we went on summer vacation she would always bring her current sweater project and I was amazed at what she could create. She made my sister and I some amazing stranded and intarsia sweaters! Each year, she would bring her big knitting bag full of skeins for her projects, and a few spare skeins and needles. And I would ask her "Mum, mum, please, make me some stitches" and she would cast on a few stitches for me. In the two weeks of vacation we had, I would each year knit a little square of garter stitch. Of course, the next year, the square had disappeared! I always resented her a bit for frogging the product of my hard labour, but nontheless, I happily started a new little vacation square.

So from the beginning, knitting has always been something peaceful to me, a leisure time when you can just enjoy the long process of making something with your own hands. In my family, we value a lot home-made things. My grandmother was a profesional dress-maker, she made some amazing wedding dresses and of course, she made beautiful clothes for her whole family. My mother learned knitting from her, and I learned from my mother. I am very proud of this heritage. When I told my mother about my first accepted design submissions, she was so pround to say that she taught me to knit and that now the pupil surpasses the master thanks to hardwork and youtube videos!

Learn to knit now


Because of course, the process of learning to knit has changed a lot since then. My mother was one of those "Bergère de France" knitter. In France, every knitter received the Bergere de France catalogue every trimester, chose her favorite patterns and ordered their yarn. The techniques were explained with small black and white drawings, and you had to manage with that or ask a more experimented knitter to help you.

I learned the basics of knitting from my mother, she helped me make my first scarf, my first sweater, but most of my knowledge today comes from the amazing ressources I found on the web. Learning new techniques today is so easy, you can find the ancient knowledge of different knitting traditions and mix it to create something new.

But even though there are some amazing ressources online, learning to knit from someone else is an invaluable experience. Knitting is easy once you've learned the basics, and your progress is infinite. But in the first moments, you need someone to show you how to cast on your stitches, how to knit and purl, how to repair your mistakes. Someone to tell you how to carry your yarn, how to stay concentrated on your work and take pleasure in it, someone to boost your confidence and show you that you can create something for yourself. My mother was an amazing teacher, and I'm so grateful that she taught me how to knit.

If you're a new knitter, my advice is : find a good teacher to learn the basics, and then you'll find that knitting is something so natural that you won't be able to live without it. Don't get discouraged by the first difficulties, because once you've surpassed them, it will never be hard again and you can accomplish anything.

Comment j'ai appris à tricoter

J'avais peut-être 7 ou 8 ans quand j'ai appris à tricoter. Ma mère était une grande tricoteuse, et quand on partait en vacances d'été, elle amenait toujours son pull en cours. J'étais une grande admiratrice de ce qu'elle parvenait à créer. Elle nous a fait, à ma sœur et moi, des pulls en jacquards magnifiques ! Chaque année, elle amenait son grand sac pleins de pelotes pour son pull en cours, et quelques pelotes et aiguilles supplémentaires. Et je lui demandait "Maman, maman, fait moi des mailles" et elle s'exécutait et me montait quelques mailles. Pendant nos deux semaines de vacances d'été, je tricotait chaque année un petit carré de point mousse. Bien sur, l'année suivante, le carré avait disparu ! Je lui en ai toujours un peu voulu de détricoter le produit de mon dur labeur, néanmoins je recommençais joyeusement chaque année, un nouveau petit carré de vacances.

Donc dès le début, le tricot a toujours été quelque chose de très apaisant pour moi, un temps de pur loisir où tu peux juste apprécier le long processus de fabriquer quelque chose de tes propres mains. Dans ma famille, le fait main est quelque chose de très important. Ma grand-mère était une couturière professionnelle, et elle a fabriqué des robes de mariées magnifiques, et bien sur des vêtements pour toute sa famille. Ma mère a appris le tricot d'elle, et moi de ma mère. Je suis très fière de cet héritage. Quand j'ai parlé à ma mère de mon premier modèle accepté dans un magazine, elle était tellement fière de dire qu'elle m'avait appris le tricot et que maintenant, l'élève surpasse le maître grâce au travail et aux vidéos youtube !

Apprendre à tricoter aujourd'hui


Parce que bien sur, le processus d'apprentissage du tricot a beaucoup changé depuis. Ma mère était une tricoteuse "Bergère de France". Comme la plupart des tricoteuses françaises, elle recevait chaque trimestre le catalogue, choisissait ses modèles préférés et commandait la laine correspondante. Les techniques étaient expliquées avec de petits dessins en noir et blanc, et il fallait se débrouiller avec ou demander de l'aide à une tricoteuse plus expérimentée.

J'ai appris les bases du tricot de ma mère, elle m'a aidé à faire ma première écharpe, mon premier pull, mais la plupart de mes connaissances actuelles proviennent des ressources inestimables du web. Apprendre de nouvelles techniques aujourd'hui est si facile, tu peux trouver le savoir ancestral de pleins de traditions différentes et le mixer pour créer quelque chose de nouveau.

Mais même s'il y a des ressources géniales en ligne, apprendre à tricoter de quelqu'un d'autre est une expérience inestimable. Tricoter est facile quand tu as appris les bases, et ton progrès n'a pas de limite. Mais dans les premiers moments, tu as besoin de quelqu'un qui te montre comment monter des mailles, comment faire des mailles endroit et envers, comment réparer tes erreurs. Quelqu'un qui t'explique comment tenir ta laine, comment rester concentrée sur ton tricot et y prendre plaisir, quelqu'un qui booste ta confiance et te montre que tu es capable de créer quelque chose toute seule. Ma mère était une très bonne prof, et je lui suis éternellement reconnaissante de m'avoir appris à tricoter.

Si tu es une tricoteuse débutante, voici mon conseil : trouve un bon prof qui t'apprenne les bases, et tu t'apercevras vite que le tricot est quelque chose de si naturel que tu ne pourras plus t'en passer. Ne te décourage pas avec les premières difficultés, parce que dès que tu les auras dépassées, ce ne sera plus jamais difficile et tu pourras accomplir tout ce que tu voudras.

vendredi 15 janvier 2016

Great news

I sent a submission a few weeks ago and my design was accepted in a publication ! It will be my first design published in a collection and a good one at that ! I'm so proud and excited ! Of course, it will remain a secret before publication, but I can tell you that it's a knitted accessory. And as I knitted a complete item for the submission, I'm pretty confident about this design. I can't wait to receive my yarn support and get to work !


J'ai répondu à un appel à projet il y a quelques semaines, et mon design a été accepté dans une publication ! Ce sera mon premier modèle publié dans une collection, et pas des moindres ! Je suis tellement fière ! Bien sur, cela restera secret jusqu'à la publication, mais je peux vous dire qu'il s'agit d'un accessoire tricoté. Et comme je l'ai tricoté en entier pour l'appel à projet, je suis très confiante pour ce design. J'ai hâte de recevoir ma laine et de me mettre au travail !

mercredi 13 janvier 2016

Outfit : Wearing my Soviet Hat at the beach

The first time I wore my Soviet Hat was just after Christmas when we went to my in-laws beach house in the South-West of France. This house belonged to Lilas' grandmother and it's still full of her old clothes. She had a really great sense of style, so I borrowed some of them to make a fun outfit to walk on the beach.

Soviet Hat is very warm, and it was perfect for the cold wind blowing on the beach. I don't have (yet!) a matching scarf to wear with my hat, so I wore my favorite scarf : Topiary, that I knitted two years ago and wear all the time during winter. (The pattern is by Michele Wang from Brooklyn Tweed Fall 2011).
I wore my green coat, which used to belong to Lilas' grandmother and has a nice vintage londonian style. I love how the green works great with the grey of the hat and the brown scarf.


The sweater is an old hand-knitted irish cardigan, brought back from Ireland by Lilas' grandfather who was military and always brought back gifts from his trips. There's a huge pile of irish sweaters in the closet there, it's amazingly inspiring !

Now, the pants, I don't know where they came from, nor how old they are but they are terribly comfortable and they give a nice splash of color to the outfit !
The yellow boots are mine, I bought them in Zagreb on our trip last year. The pants are a bit short for me, which makes them look classier, but with these fur-lined boots my ankles were definitely warm.

You probably got that mixing hand-made, vintage, and stuff discovered anywhere I go is my passion when it comes to dressing. I hope to share more of these outfits with you in the future.


J'ai porté mon Bonnet Soviet pour la première fois juste après Noël, quand nous sommes allées à la maison balnéaire de mes beaux-parents dans le Sud-Ouest. Cette maison appartenait à la grand-mère de Lilas et elle est encore remplie de ses vieux vêtements. Cette femme avait un grand sens du style, alors j'ai emprunté quelques uns de ses vêtements pour faire un fun outfit pour une balade sur la plage.

Le bonnet Soviet est très chaud, il était parfait pour le vent frais qui soufflait sur la plage. Je n'ai pas (encore !) d'écharpe assortie, alors j'ai porté mon écharpe préférée : Topiary, que j'ai tricoté il y a deux ans et que je porte encore tout le temps pendant l'hiver. (Le modèle est de Michele Wang, publié dans Brooklyn Tweed Fall 2011).
J'ai porté mon manteau vert, qui appartenait à la grand-mère de Lilas, et a un chouette style londonien un peu vintage. J'adore le mix du vert avec le gris du bonnet et l'écharpe marron.


Le pull est un ancien gilet irlandais tricoté à la main que le grand-père de Lilas avait ramené d'Irlande. Il était dans l'armée, et ramenait toujours pleins de cadeaux de ses voyages. Il y a une immense pile de pull irlandais dans les placards, c'est une mine d'inspiration !

Bon, le pantalon, je ne sais pas d'où il vient, ni de quand il date, mais il est terriblement confortable et donne une sympathique touche de couleur à la tenue !
Les bottes jaunes sont à moi, je les ai ramenées de Zagreb lors de notre voyage l'année dernière. Le pantalon est un peu court pour moi, ce qui le rend plus classe, mais avec les bottes doublée fourrure, mes chevilles étaient bien au chaud.

Vous l'avez probablement compris, mixer le fait-main, le vintage et les choses dénichées n'importe où que j'aille est ma passion quand je m'habille. J'espère partager avec vous d'autres outfits de ce style dans le futur.

vendredi 8 janvier 2016

FO Beatnik - Irish sweater


I finished my Beatnik sweater a few weeks ago, just in time for christmas. I love the pattern, it's easy to follow and the cables have a very rich texture. I used Soft Donegal yarn that my sister brought me back from Dublin and I fell in love with its softness and tweeded look.
This knit really inspired me. Next week-end I'll be in Dublin myself and I'll bring back tons of irish yarns and cable ideas, and my goal for the beginning of 2016 is to design my own irish sweater !


J'ai fini mon pull Beatnik il y a plusieurs semaines, juste à temps pour Noël. J'adore le modèle, il est facile à suivre et les torsades one une très riche texture. J'ai utilisé de la laine Soft Donegal que ma soeur m'a ramené de Dublin et je suis tombée amoureuse de sa douceur et de son aspect tweedé.
Ce tricot m'a vraiment inspirée. Le week-end prochain, je serai à Dublin aussi et je ramènerai des tonnes de laines irlandaises et d'idées de torsades. Mon but pour début 2016 : créer mon propre pull irlandais !


mercredi 6 janvier 2016

New release - Soviet Hat

New release : Soviet Hat

In Warsaw, I was really strucked by the austere beauty of the soviet buildings. These geometric forms inspired me this hat. Made with 100 grams of Aran yarn, this hat is an exploration through cables and a very warm hat for winter.




I told you about my inspiration in a previous post.
I've been toying with cables a lot recently, I love how they offer endless design possibilities, and I found that architecture is a really great inspiration. For this hat, I thought about the soviet buildings I saw in Warsaw when I visited it last years. From there, I watched photos of many other soviet architectures and I really enjoyed the pureness of their geometric forms, the austerity of their exagerated proportions, the use of concrete and cables. I wanted to make a design in which you can feel the raw material interwining to make something beautiful.


Un nouveau modèle : le bonnet Soviet

En voyage à Varsovie, j'ai été frappée par la beauté austère et grandiose des monuments soviétiques. Ce sont leurs formes géométriques qui m'ont inspiré ce bonnet. Tricoté avec 100 grammes de laine Aran, ce bonnet est une exploration à travers les torsades, et un accessoire bien chaud pour l'hiver.


Je vous ai déjà parlé de mon inspiration I told you about my inspiration dans un post précédent.
Je me suis pas mal amusée avec les torsades ces derniers temps. J'adore les milliers de possibilités qu'elles offrent, et je me suis rendu compte que l'architecture était une très belle source d'inspiration. Pour ce bonnet, j'ai reponsé aux bâtiments soviétiques que j'ai vu à Varsovie lors de mon voyage l'année dernière. A partir de ça, j'ai commencé à regarder pleins de photos d'architecture soviétique et j'ai beaucoup apprécié la pureté de leurs formes, l'austérité de leur démesure, l'utilisation du béton et des cables métalliques. Je voulais faire un design dans lequelle on peut sentir la matière brute qui s'entremêle pour former quelque chose de beau.